Déchets : Ne nous en lavons pas les mains !

Article : Déchets : Ne nous en lavons pas les mains !
10 juin 2020

Déchets : Ne nous en lavons pas les mains !

En me promenant à Kinshasa, j’ai assisté à une scène bizarre. J’ai vu ce genre de scène plus d’une fois, mais je suis choquée à chaque fois. Dans un bus, j’ai vu une dame vider le jus de sa bouteille plastique et balancer la bouteille par la fenêtre ! Comme ça, au calme. Le plus naturellement du monde. Puis le bus est passé près d’une rivière de la ville pleine de bouteilles plastiques et autres déchets. Et c’est la même dame jeteuse-de-bouteilles-sur-la-chaussée qui a déclaré : « Le gouvernement ne fait rien pour toute cette saleté ! Nous sommes dirigés par des incompétents ». Pour elle le fait que la ville soit salle ce n’est pas du tout sa faute. Elle s’en lave les mains.


Quand il s’agit de la salubrité dans la ville de Kinshasa, cette dame n’est pas la seule qui me choque. À différents niveaux on rencontre des « Ponce Pilate », champion pour s’en laver les mains.

D’abord, le gouvernement provincial avec ses multiples programmes. Au fil des années les gouverneurs changent et les programmes aussi. Mais sur terrain, rien de concret. La situation empire.

Des slogans pompeux

Bouteilles plastiques dans une rivière de Kinshasa
©Jeancy Lela

Chaque gouverneur qui passe vient avec un slogan nouveau. Généralement, on a droit à des slogans grandioses au début et plus les jours passent, plus on se rend compte que ce n’était que des paroles en l’air. La ville est toujours sale et c’est même pire qu’autrefois. Nous continuons à vivre avec des ordures dans des rues, les canalisations et même les cours d’eaux. En septembre 2019, l’actuel gouverneur a lancé le programme Kin Bopeto en grande pompe. Mais dès les premiers mois, l’espoir a fait place à la désillusion.

Le gouvernement n’est pas le seul responsable et d’ailleurs eux-mêmes quand ils veulent se décharger de leur responsabilité ils disent : « C’est la population. Les kinois jettent leurs ordures n’importe où ».

Je ne vais pas dire que c’est parce qu’il n’existe quasiment pas de poubelles dans les coins de la ville. Ne nous acharnons pas sur le gouvernement. D’accord ? De toutes les façons il s’en est lavé les mains.

Donc voyons un peu du côté des universités. Oui. Les étudiants et leurs professeurs. Moi, je suis convaincue qu’ils savent tout. Ils savent ce qui peut aider à résoudre le problème de la salubrité dans la ville de Kinshasa. Mais en théorie. Parce que dans la pratique on ne les sent pas. Ils vont s’en laver les mains et dire qu’on ne les écoute pas.

J’ai assisté à des défenses de mémoire où des étudiants proposaient des solutions pour la gestion des déchets. Où sont passées ces solutions ? Elles sont sur les étagères à prendre de la poussière. Quel étudiant s’est transformé en activiste contre l’insalubrité de la capitale en brandissant un moyen de faire mieux ? Quelqu’un a-t-il harcelé le gouvernement à la télé, à la radio, sur les réseaux sociaux en disant : « Écoutez j’ai la solution pour résoudre ce problème qui nous dérange tous » ? Non. Quand il faut mettre toutes les théories apprises en pratique, il y a un blocage. Dû à quoi ? Moi-même je ne comprends pas.

Prenons soin de notre ville !
©Soraya Odia

Bref. Nous continuons à nous jeter la faute les uns aux autres et entre-temps Kin la belle devient Kin la poubelle chaque jour un peu plus.

Chacun de nous à son niveau devrait poser des actions pour prendre soin de la ville. Pendant cette période de pandémie où nous nous lavons tous les mains pour prendre soin de nous-même et nous protéger. Pensons aussi aux différentes manières d’agir pour rendre notre environnement sain. Ne nous en lavons pas les mains !

Soraya vous dit à bientôt ! N’oubliez pas de vous laver les mains régulièrement et d’appliquer tous les bons gestes pour éviter la Covid-19.

Lavez-vous les mains et appliquez les gestes barrières!
Take care!
Partagez

Commentaires